Etienne Klein, inspirant


entrainer diriger attention concentration

Etienne Klein est physicien, directeur de recherches au CEA et docteur en philosophie des sciences. Il est professeur à l’Ecole Centrale de Paris et dirige le Laboratoire de Recherche sur les Sciences de la Matière du CEA (LARSIM).

Et en plus, alpiniste et coureur sur ultratails !

Dans un entretien avec Jean-Michel Djian pour France Culture, il nous éclaire sur les effets délétères de la dispersion, sur l'expérience existentielle de la vitesse et sur l'humour antistress.

« Nous sommes moins les victimes d’une prétendue accélération du temps que de la superposition de présents multiples et hétérogènes en conflit mutuel : en même temps que nous travaillons, nous regardons les écrans de nos téléphones portables, écoutons de la musique et pensons à autre chose encore … Cela conduit à ce que les temps propres des individus s’autonomisent et se désynchronisent. (…) ce n’est pas le mouvement qui décale nos horloges individuelles : nous sommes tous au même endroit, à peu près immobiles les uns par rapport aux autres, mais nous n’habitons pas le même présent, nous ne sommes pas vraiment ensemble, nous n’avons pas le même rapport à ce qui se passe. Le flux permanent et agité qui nous submerge n’est pas sans effet sur notre apprentissage. Sans doute amoindrit-il nos capacités de concentration. Or celle-ci est tout de même le prérequis de la compréhension … Il y a comme une crise généralisée de la patience, qui rend la transmission des savoirs plus aléatoire. »

(...)

« Ceci étant dit, je vous mentirais si je vous disais que j’aime la lenteur. En règle générale, je préfère la vitesse, qui transforme notre manière de nous sentir vivants. La vitesse est un ersatz d’existence, un artifice de vitalité. »

(...)

« Si j’apprécie tant les esprits facétieux, c’est parce qu’ils parviennent à produire une effet de décalage salutaire par rapport à la réalité brute (un peu comme le fait la physique …). Je rencontre des difficultés relationnelles avec les esprits adhésifs, ceux qui collent au réel, rejettent le second degré, la distance, l’écart. L’absence totale d’humour, c’est très dur pour les nerfs. »

#augmentersaconcentrationetentraînersamémoire

Derniers Posts
Recherche par mots clés
Pas encore de mots-clés.